Quatre ans en un éclair (1/4)

Du fait, d’une part, que je ne suis pas un remplisseur frénétique de carnets de croquis, et que d’autre part, j’ai toujours plusieurs de ces carnets en cours (formats différents, papiers différents, ceux qui traînent dans un sac, ceux qui restent inexplicablement à la maison, etc.), mes carnets peuvent regrouper des dessins couvrant des périodes de temps assez longues. Quand on en termine un, on peut alors feuilleter tout un chapitre de sa vie, très parcellaire, vu sous certains angles, relatant, souvent par le biais de petits détails, des moments importants ou pas. Ce qui est fascinant, c’est que ces moments, même s’ils remontent à plusieurs années, même s’ils sont insignifiants d’un point de vue global, on s’en rappelle avec une acuité fantastique, enthousiasmante ou impitoyable. Parce qu’on a dessiné. Dans Cages (de Dave Mc Kean), il y a cette phrase qui me paraît résumer la chose : « … when you draw it’s one of the few times you really pay attention ».

Depuis quatre ans presque jour pour jour, j’ai souvent traîné un peu partout un petit carnet à la couverture noire, utilisé d’ailleurs plus comme un carnet de notes (graphiques ou autres) que comme un carnet de croquis. Je l’ai terminé il y a quelques temps, et l’ai refeuilleté hier, avant de le ranger dans un tiroir pour le reste de l’éternité (c’est-à-dire, jusqu’au prochain déménagement). Il m’a paru intéressant de scanner une sélection de petits dessins de ce carnet, un survol en un éclair de quatre années…

2007_10_16_A_w
2007_10_16_B_w

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *